mercredi 14 janvier 2009

Lyon ville lumière des entrepreneurs

En deux jours est-il possible d'avoir une image de l'état des entreprises françaises assez fiable ? Loin des discours, des plans de relance, des grèves des transports, de la sinistrose, les dirigeants d'entreprises moyennes, les fameuses "midcaps", sont-ils armés pour faire face à la crise économique qui s'est installée et à la crise de confiance qui est venue s'y coller comme le poisson du genre Remora à la raie ?
En moins de deux jours pour www.labourseetlavie.com et un total de 23 entretiens TV avec au programme : 19 pdgs, 2 directeurs financiers, un directeur général délégué, un gérant, un directeur de gestion, cela fût possible. C'est un panorama finalement très large de ce qui fait l'économie réelle. Et c'est donc à Lyon que j'ai pu écouter, questionner, partager, avec ces dirigeants grâce à Oddo Midcap.
L'intérêt d'aller les voir en ce début d'année cahotique, comme je couvre ce segment des entreprises françaises depuis au moins 8 ans, c'est de prendre le pouls des entrepreneurs. Non pas que les grandes entreprises ne m'intéressent pas, mais souvent elles élaborent un discours d'entreprise un peu fade, à de rares exceptions.
Et avec le temps, ces entrepreneurs, j'ai vu leurs entreprises grandir, avancer, surfer sur la vague boursière qui les poussait, réaliser des acquisitions, doubler de taille, faire de l'international une activité à part entière, mais aussi naviguer dans des eaux difficiles.
Certains d'entre-eux ont mis du temps avant que la Bourse ne les reconnaisse. J'en parlais avec un pdg, en lui mentionnant le fait que pendant de long mois les investisseurs n'avaient pas investi dans sa société. Puis quand plusieurs gérants se mirent à découvrir la société, l'effet fût important pour lui sur la plan de la performance boursière. Depuis, son fils a un rôle éminent dans la société.
En vrac, de la livraison à domicile de surgelés, des médicaments contre les allergies, du matériel médical, de l'événementiel, de l'emballage sur mesure, des produits vétérinaires, des batteries, du matériel de pulvérisation, de la chimie, de l'analyse biologique, de la construction de maisons individuelles, de la fixation de pièces industrielles, de l'informatique, des bateaux de luxe, des serveurs informatiques, des camping-cars, des études sur nos habitudes de consommation, du marketing sur Internet, des portes automatiques piétonnes...De quoi avoir une meilleure idée de l'évolution de notre économie que toutes les visites politiques médiatisées dans les entreprises en France ne peuvent pas amener.
Et sur le site www.labourseetlavie.com , si vous allez voir ces vidéos, vous verrez des dirigeants certes pour certains d'entre-eux prudents, soit en raison de leur activité, ou du ralentissement économique en cours, mais ce qui les rassemble tous, c'est sans doute la volonté de tenir, voire de saisir des opportunités dans cette période.
La situation est difficile ils ne s'en cachent pas, mais ils pensent pouvoir traverser cette période sans heurts majeurs pour leur entreprise. Et c'est plutôt rassurant, même s'il faut reconnaître que l'an dernier à la même époque, c'est la Bourse et les investisseurs, qui ne croyaient plus dans la croissance des entreprises alors que les entrepreneurs eux ne voyaient pas le ralentissement économique se matérialiser dans leurs comptes.
En 2009, la question de la visibilité demeure, mais l'essentiel est de voir que les entreprises réagissent, s'adaptent, les capitaines et leurs équipes sont en poste pour diriger la manoeuvre dans une mer agitée.
Dommage que à ce jour, les grands medias préfèrent concentrer leur analyse de l'économie sur les situations spéciales ou caricaturales, moi j'espère que l'on pourra grâce aux entreprises mieux comprendre notre environnement et son évolution. Et ce sera en 2009 sur Internet.
Entreprendre, entreprendre, et encore entreprendre, comme un début d'antidote à la crise...