vendredi 23 janvier 2009

Quand les jeux vidéos vont à la cave

par Didier Testot.
Le 30 décembre, une information concernant un éditeur de jeux vidéos avait attiré mon attention, et j'en avais conclu que l'exception des jeux vidéos n'était plus au regard de la dégradation de la situation économique (http://labourseetlavietv.blogspot.com/2008/12/lexception-des-jeux-vidos-nest-plus.html).
Il ne s'agissait alors que d'un acteur de taille encore modeste, Mindscape. Et voilà ce matin que Ubisoft, le géant français trébuche en Bourse car il révise à la baisse ses prévisions de chiffre d'affaires 2008. C'est intéressant au regard du discours ambiant qui consistait à nous dire que les jeux vidéos faisaient partie intégrante de notre consommation et que quoiqu'il arrive, nous allions dépenser pour ces jeux pour les fêtes de fin d'année.
Le commentaire d'Ubisoft est limpide : "Afin de tenir compte de promotions supérieures aux attentes sur certains jeux et d'une nécessaire prudence au début du quatrième trimestre fiscal, Ubisoft ajuste ses objectifs pour l'exercice 2008-2009".
De quoi parle-t-on ? Un chiffre d'affaires compris entre 1040 M€ et 1060M€, à comparer à environ 1050M€ précédemment, les élèves de Cm2 qui passent leurs évaluations apprécieront l'écart ! Avec un objectif de résultat opérationnel attendu entre 12 et 13% du chiffre d'affaires contre au moins 13% précédemment. Là aussi ils feront leurs calculs, je parle des élèves de Cm2.
Non il faut aller chercher ailleurs sans doute la cause de cet aller direct à la cave comme disent les boursiers pour le titre Ubisoft.
Ubisoft a perdu des parts de marchés partout : aux Etats-Unis 4ème éditeur indépendant au lieu de 3ème et en Europe 3ème contre 2ème, en France 3ème contre 2ème, 3ème au Royaume-Uni contre 2ème, 3ème en Allemagne contre 2ème. Bref, Ubisoft doit reconquérir ses parts de marchés en 2009, dans un contexte économique nettement plus difficile.
Une mission pour Tom Clancy's.
Ubisoft qui envisage une hausse de ce marché des jeux vidéos entre 5 et 10% pour l'année 2009. L'exception des jeux vidéos n'est plus mais comment aurait-elle pu continuer alors que partout le même refrain s'appelle récession économique. (Pour une idée sur le cours du titre :http://www.euronext.com/trader/summarizedmarket/stocks-2593-FR-FR0000054470.html).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire