dimanche 28 mars 2010

Volvo s'offre à la Chine grâce à Ford

par Didier Testot
Le suédois Volvo qui devient chinois racheté par Geely Automobile Holdings à Ford, c'est la révolution 2010 dans l'automobile qui se dessine pas à pas mais à ce jour dans le même sens. Les prédateurs sont chinois, les européens encore une fois des proies faciles. Renault-Volvo disparu depuis longtemps ! Merci Messieurs. Les échecs industriels et politiques du passé "folkloriques" auront eu des conséquences beaucoup plus importantes que prévu.


On ne connait pas Geely Automobile Holdings, et si l'on va sur le site du groupe (Geely), cela peut prêter à sourire tellement le site paraît décalé, en réalité il parait très jeune, presque fun. Sans doute par ce qu'on ne parle pas chinois (Video)
Si l'on se décide à aller voir la partie anglaise, deux communiqués viennent remettre les choses en place rapidement :"Geely Automobile Holdings Limited Sales Volume Up 54.2% YOY In February 2010" et cet autre "Geely Automobile Holdings Limited Sales Volume UP 137% YOY, Sales Volume for January 2010 reached 43,877 Units". Des chiffres certes sur un mois mais qui donnent le tournis quand on les compare au marché européen ou américain.
L'artisan de cette reprise de Volvo Mr Li Shufu le président de Geely Automobile Holdings détaille sa stratégie :
"Geely aims to continue increasing its international presence over the next five years, with a goal to build 15 production bases worldwide and sell two thirds of its cars outside China. To do so the company is growing organically, through its existing car brands, and by considering complementary acquisitions and partnerships. Geely’s investment strategy is defined by financial discipline and a commitment to new technologies and world class quality".


"By 2015, Geely plans to have developed several new car models, all compliant with international emissions requirements and suitable for sale overseas, and all of which will be designed with both domestic and international markets in mind. Among these new models will be five hybrid cars which are currently under development. As well as innovations in car design, Geely aims to release eight series of gasoline and diesel engines as well as seven series of manual and automatic transmissions".

En résumé Geely va faire ce que les européens ou les américains essayent de faire, conquérir le monde en dehors de la Chine, pour deux tiers de ses ventes, pas moins. 5 véhicules hybrides aussi, tiens ils sont capables de faire des véhicules hybrides !

Mais voilà son rachat de Volvo est plus qu'essentiel : un savoir-faire accumulé en terme de sécurité, 4X4, moteurs, une image, Volvo était une marque forte, elle va accélérer le développement de Geely, et ce que Ford n'a pas réussi à faire, Geely aura le loisir de le faire.

Il aura surtout le temps pour lui, Ford ne l'avait pas. Une différence de taille.

jeudi 25 mars 2010

Crise : quand l'Europe se donne en spectacle

par Didier Testot.

La crise économique et financière que nous connaissons on le sait n'est pas une crise économique classique de celle que l'on retrouve tous les 3 ans voire un peu plus sur les marchés financiers. Cette  crise est systémique car elle a remis en cause tous les fondamentaux jusqu'ici connus, par son ampleur et les leviers de dettes utilisés d'abord pour générer cette crise (immobilier) et aujourd'hui pour tenter de la réparer (dette des Etats). Les données macro-économiques se sont améliorées, la plupart des indicateurs ont montré un début d'amélioration.

La plupart des investisseurs ont donc parmi les raisons d'investir en Bourse, la confirmation de cette amélioration lente mais continue des données économiques et des entreprises qui ont su réagir rapidement ou des pays émergents qui continuent leur croissance insolente.
Aujourd'hui c'est le Portugal le "P" des "PIGS" qui donne des sueurs froides au marché et ce alors même que les européens se réunissent au chevet de la Grèce durant 2 jours. A la clé une solution FMI ou une solution européenne.

(Photo AFP :Premier ministre Grec George Papandréou et le commissaire européen Olli Rehn le 01/03/2010)

Le 1er février dernier, José Socrates, le premier Ministre portugais s'exprimait dans Libération : "Il est extraordinaire que les agences de notation critiquent les gouvernements pour avoir dépensé l'argent qui a permis de sauver le système financier !".
Nous y sommes, les pays endettés doivent faire face aux exigences des investisseurs qu'ils ont aidés à se redresser dans la tempête financière et boursière. Et l'Europe dont on nous vante à chaque élection l'intérêt se révèle à chaque fois non pas comme une zone euro mais comme un patchwork de situation et de contradictions.
En attendant de voir ce que ferons les gouvernants, France et Allemagne en tête divisés à ce jour sur la solution à la situation de la Grèce, les investisseurs auront le loisir de continuer à faire pression.
La seule "bonne nouvelle" de la crise actuelle, d'ailleurs aucun politique n'en parle en ce moment, c'est la faiblesse de l'euro induite par les mouvements de marchés, passant sous 1,33 dollar, au plus bas depuis mai 2009, et donnant un bol d'air aux grandes entreprises exportatrices européennes.
Personne ne se plaindra que l'euro soit déprécié, tellement cette situation reste traditionnellement  l'apanage du dollar.
En réalité donc derrière l'apparente tranquilité des marchés financiers qui réalisent une bonne performance depuis le début de l'année,  les questions liées aux dettes publiques sont devant nous et personne ne sait exactement comment la sortie de crise peut se passer.
Une seule certitude, pas sans heurts !

dimanche 14 mars 2010

Crise économique et financière : bilan de l'ATP - Vidéos/Interviews

Crise économique et financière : bilan de l'ATP - Vidéos/Interviews

par Didier Testot

En ce dimanche d'élections régionales et en l'absence de nouvelles économiques majeures,
il est permis de s'intéresser à des acteurs économiques dont on a beaucoup parlé pendant
la crise économique et financière et dont on reparle dès que l'on évoque les bonus, je veux parler des traders. C'est donc l'occasion de faire un bilan du fonctionnement de l'Association des Traders Perdus( ATP) avec le professeur Bamoko (Omar) Docteur en économie évoque son travail au sein de l'association alors que Jean Salustre (Fred) philosophe qui a l'occasion d'y intervenir relate son expérience.


Combien de traders "sauvés" par cette association et au delà des traders pour ceux qui avaient perdu le contact avec la réalité ? Jean Salustre (Fred) évoque de son côté des drames de même qu'un concours de sacs de pommes de terre inédit et salvateur.
Une vidéo instructive à voir dans la rubrique Economie et Humour de la Web TV www.labourseetlavie.com
Bon dimanche !

dimanche 7 mars 2010

Veaux, Vaches, Cochons, derrière les apparences du Salon de l'Agriculture

par Didier Testot

Dans quelques heures, les veaux, vaches, cochons... et les agriculteurs auront quitté la Porte de Versailles, après avoir eu la visite des hommes politiques, dans la désordre cette année, 

 (photo AFP/Jacques Demarthon)
 
mais on ne peut pas renouveler chaque année un "casse toi pauv con" pour la postérité.

Certes les agriculteurs sont des électeurs comme les autres citoyens citadins, mais la propension des politiques à s'afficher à côté d'eux à l'occasion de ce Salon de l'Agriculture pour marquer leur "attachement" à la terre, alors même que leur situation n'a jamais été aussi difficile, frise la provocation.
Les larmes du père d'un jeune agriculteur (reportage France 2 dans le journal vendredi 5 mars) sont là pour nous le rappeler. Derrière l'apparente jovialité d'une visite politique où l'on caresse le cul des vaches, les agriculteurs confronter à la baisse des prix de leurs produits doivent inventer un nouveau modèle de développement, avec en ligne de mire, une concurrence accrue. Il ne faut pas aller loin d'ailleurs pour cette concurrence, il suffit de tourner son regard vers les pays de l'Est.

On a parlé de Grenelle par ci par là, mais essayer de trouver les meilleures solutions pour que les jeunes agriculteurs puissent vivre de leur travail, nourrissent les Français et de plus en plus de bouches dans le Monde, tout en respectant la nature, devrait être un enjeu stratégique national. 


Anticiper sur les nouveaux besoins de l'alimentation mondiale, s'organiser pour l'exportation..., le pays qui dans quelques années seulement sera capable de nourrir sa population en passant à travers les catastrophes naturelles et autres défis climatiques et écologiques, sera le pays ou il fera bon vivre. L'agriculteur de 2010 et des années qui viennent n'est plus celui de notre enfance, mais il restera un maillon essentiel de notre vie future.

Alors derrière les paillettes, les photos à la Une et les opérations  de com., comment bougent ces marchés agricoles, qui ont aujourd'hui aussi des investisseurs qui s'intéressent à leurs productions ?

Salon de l'Agriculture et marchés des matières premières agricoles, je vous invite à découvrir cette interview de Michel Portier Gérant chez Agritel sur la Web TV www.labourseetlavie.com