dimanche 12 septembre 2010

Banques et Entreprises : le dilemme de cette "sortie" de crise

par Didier Testot 

Alors que les banques sont dans l'attente des conclusions de la réunion du Comité de Bâle de surpervision bancaire ce dimanche, la vision globale de l'économie présente des plus en plus de  contradictions apparentes. Les entreprises semblent trouver des raisons d'optimisme quant à  la sortie de la crise, tout en étant réaliste, mais après avoir connu des trimestres difficiles, voire une année de difficulté pour certaines d'entre-elles, l'espoir renaît.
A Bâle , la question du renforcement des fonds propres des banques, leitmotiv des régulateurs pour éviter les crises financières est contesté par les banquiers, comme une erreur de compréhension des crises par les régulateurs. Mais aujourd'hui, les banquiers centraux qui ont fait tourner la planche à billets comme jamais dans notre histoire, ont toutes les raisons d'imposer leur vision de la régulation.
Ils savent aussi que si les banques devaient massivement recourir à des augmentations de capital dans les prochains mois pour satisfaire les futures règles, un nouveau choc ne manquerait pas de survenir. A suivre.
Côté entreprises, sans être un échantillon représentatif de la population des entreprises, j'ai pu constater que dans différents secteurs, les groupes avaient pu se sortir des situations pas évidentes aussi bien sur le plan commercial, industriel et financier.
Dans l’industrie, le retour de Manitou dans la course après une année 2009 difficile, le spécialiste des engins de manutention qui a réduit ses dettes et s’est redressé, en est un exemple parmi d'autres.
Les interviews réalisés sur la Web Tv des dirigeants dans le secteur du Transport et de la Logistique (interview de François Bertreau le Président du Directoire de Norbert Dentressangle), la Business Intelligence, le CRM et le e-business (Patrick Bensabat Pdg de Business & Decision), ou la location de matériel (conteneurs,wagons, contruction modulaire), avec Fabrice Walewski Co-Gérant de Touax, montrent des dirigeants qui se sont adaptés à la "nouvelle économie", avec une sortie de crise pas évidente, pas sûre, mais aussi avec des opportunités, car si la crise a fait disparaître des entreprises, elle peut aussi montrer celles qui ont les capacités internes et de croissance externe pour se sortir des nouveaux défis liées à cette exceptionnelle crise.  
Interview des dirigeants d'entreprises sur www.labourseetlavie.com

Norbert Dentressangle qui n'avait pu s'implanter avec ses camions rouges en Chine par la grande porte y revient en achetant un commissionnaire de transport. Internet n’est pas en reste avec Rentabiliweb et son pdg hors normes, Jean-Baptiste Descroix-Vernier qui réussit à prendre sa place en face des medias qu'il regarde avec respect mais sans craintes. Dans la pharmacie, bioMérieux se renforce dans les pays émergents et voit la réalisation de ses ambitions, en avance sur son plan de marche. Peugeot et Renault le même jour ont annoncé le remboursement d'une partie des aides reçues de l'Etat...

Toutes les vidéos entreprises et stratégie à voir ici : www.labourseetlavie.com
 
Bref aujourd'hui, les entreprises s'adaptent à la crise et aux nouveaux marchés qui se présentent à elles, les banques restent encore sous le coup de nouvelles régulations, au total les deux restent liées pour le développement de l'économie. Une économie qui présente à l'exception des marchés émergents, des ratés, aussi bien aux Etats-Unis (consommateurs en berne) qu'en Europe (plans de rigueur). 
ll est sans doute illusoire de croire que mieux réguler les banques évitera la nouvelle crise, qui va apparaître dans quelques années, les taux d'intérêts tellement bas aux Etats-Unis comme en Allemagne et en Europe, en constituent à eux seuls déjà un germe bien connu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire