dimanche 24 février 2013

Hommage à Bernard Loiseau : "Le Cuisinier et la Bourse" écrit par le journaliste Didier Testot

Le 24 février 2003 disparaissait subitement un ami, Bernard Loiseau, chef Trois Etoiles de Saulieu. Nous avions décidé d'écrire un livre ensemble après une première rencontre lors d'une interview Tv chez Bloomberg Télévision. Bernard Loiseau m'avait appelé à l'été 2001 pour me dire : Didier, c'est bon on le fait ce livre ensemble !
Et pour cela j'avais fait plusieurs allers-et retours à Saulieu, son fief.
Dix ans se sont passés, l'ouvrage que nous avions commencé issu de nos rencontres va enfin pouvoir être publié. Sous forme numérique ou dans un livre papier, les prochaines semaines en décideront. 
Voici des extraits de ce livre, publié en avant-première sur ce blog qui a recueilli déjà pas mal de réflexions sur le sujet des entrepreneurs et de l'économie.
  
Extraits du Préface du livre "Le Cuisinier et la Bourse", Hommage à Bernard Loiseau par Didier Testot : 

"Rien ne me prédisposait à venir côtoyer les entrepreneurs, rien dans mon parcours d’étudiant ni dans mes affinités personnelles ne devait me conduire à les rencontrer.
Avant 1989, je m’étais surtout intéressé à la politique. Si j’avais fait du droit, c’était parce que je savais que je voulais devenir journaliste depuis l’âge de 11 ans et demi, passionné que j’étais par les questions concernant l’avenir de notre planète, la bataille de l’époque se passait contre l’abus de colorants chimiques dans les aliments ! (.....)

Pendant toutes ces années, j’ai interviewé des milliers de dirigeants. Je les remercie, car grâce à eux, j’ai compris que notre monde évoluait, je n’ai pas attendu que les politiques nous parlent de la Chine, pour comprendre comment, ce pays avait révolutionné l’industrialisation du Monde. 
(...)
J’ai compris, grâce à ces entrepreneurs, tous ces changements, la technologie, les questions d’environnement, l’agroalimentaire, en réalité pas un seul secteur n’échappait à cette évolution du Monde, Révolution serait même plus exact. Je les remercie et si j’ai lancé ce nouveau media, en pleine crise, (mais quelle idée de lancer un nouveau media en temps de crise me direz-vous ?), un nouveau media juste après la faillite de Lehman Brothers, je suis fier de contribuer à ma façon pour une meilleure compréhension de notre univers économique.

Moi qui ne connaissais rien à la Bourse lorsque j’entrais au Figaro en 1989 au service Bourse, celui qui m’avait embauché m’avait dit « tu apprendras sur le tas », je lui dédis aussi cet ouvrage (Luc Demeleunaere était le chef du Service Bourse à mon arrivée), cela fait depuis le 15 décembre 1989 que cela dure, j’apprends tous les jours.
Je voudrais dire aujourd’hui la chance des jeunes et moins jeunes, avec cet accès internet, de pouvoir s’ils le souhaitent enrichir leurs connaissances. C’est fabuleux, c’est une chance extraordinaire !
A eux de savoir en profiter.

Maintenant que j’ai créé mon entreprise, je mesure aussi toute la force qu’il faut pour tenir, gérer, avoir des idées, créer du chiffre d’affaires, car comme beaucoup d’entre-eux, je suis parti avec une feuille blanche, j’ai dessiné un site internet, une agence l’a fabriqué, et aujourd’hui ce site peut perdurer, commençant à être reconnu et apprécié.
Je mesure la force de ces entrepreneurs, leurs qualités, leurs faiblesses aussi, j’en ai découvert chez moi, que je n’imaginais pas, et j’admire d’abord leur courage.
Mais c’est quoi un «entrepreneur» ? Vous savez Monsieur Testot, « c’est souvent un gars qui commence dans son garage avec son beau-frère et sa belle sœur, c’est pas ce qu’on voit à la Télé » me confiait un dirigeant d’une entreprise familiale, lors d’un déjeuner.
Loin des images médiatiques des dirigeants qui ont eu leur heure de gloire pour quelques émissions Tv et sont partis dans les oubliettes. Des entrepreneurs ont fait leur première interview Tv avec moi et ceux avec qui j’ai eu l’occasion d’en parler s’en souviennent comme d’un moment important pour eux. 
Je disais je les admire, quand ils ont pu avec les années faire grandir leur entreprise, la développer, créer des emplois, voir aller à l’international, et/ou conquérir le Monde.
Quelles belles perspectives, beaucoup de stress, des échecs, mais tellement de fierté d’avoir réussi cette entreprise. Nous sommes loin pour ceux que j’ai côtoyé, même si quelques uns d’entre-eux font partie des stéréotypes des medias, de l’image du pdg loin de la réalité et intéressé uniquement par l’argent. Ils ne sont pas infaillibles, et je reste un observateur qui peut voir leurs faiblesses personnelles, tous ne réussiront pas, certains tricheront, mais comme dans la vie, elle amènera son lot de joies et de peines.

Bernard Loiseau, chef étoilé, aujourd’hui dans les étoiles, toujours présent dans ma mémoire, fut de ces entrepreneurs que j’ai eu la chance de croiser sur ma route. Et après toutes ces années après sa disparition, j’avais envie de le mêler à cette histoire, en le mettant au cœur de ce livre, car c’est vrai que c’est l’un de ceux qui m’avait le plus impressionné, parti de rien, arrivant au sommet.
Notre rencontre qui est détaillée dans ce livre et expliquée, j’ai voulu enfin dix ans après sa disparition, la partager, après avoir laissé sa famille, ses équipes, continuer avec succès son œuvre.
Si le temps a passé, c’est la crise économique et financière que nous traversons qui m’a incité à aller au bout de cet ouvrage inachevé.

Car tout le désespoir au quotidien débité à longueur de journaux papiers et de chaines d’informations Tv depuis 2008, ce flot de caricatures, de méconnaissances du fonctionnement de l’économie, ce manque d’espoir affiché, une patronne de PME nous disait lors d’une présentation : « mais pourquoi les candidats à l’élection présidentielle ne prennent pas ce sujet de l’emploi au sérieux pour sortir la France de son marasme » La crise actuelle m’a fait encore plus penser à lui, Bernard Loiseau, parti de rien, comme il le dit dans ce livre, il avait deux bacs, « un bac d’eau chaude et un bac d’eau froide ».

Cette crise amène à tellement de caricatures, tellement de mauvaises images des entreprises et de leurs dirigeants que je me suis dit qu’il fallait publier ce livre, pour témoigner.
Et notamment pour redonner espoir aux jeunes : oui on peut partir de rien, sans argent, en travaillant, c’est possible, tout n’est pas écrit, Bernard Loiseau a vécu cela, mais beaucoup de ceux que j’ai rencontré ont eux aussi à un moment de leur vie pu dire : « je vais créer mon entreprise » !
(...)
Bernard Loiseau, qui comme d’autres entrepreneurs a marqué ma vie.
Bien sûr la crise amène à parler d’abord de ce qui ne va pas et pas des milliers d’entreprise qui connaissent de la croissance, voire des nouvelles entreprises qui naissent.
Lors d’un débat économique que nous avons diffusé sur la Web Tv www.labourseetlavie.com, une dirigeante s’excusait presque de nous dire : « oui, j’ai 60% de croissance en 2011 » Elle est dans une niche sur Internet. Son marché explose, tant mieux pour elle et ses salariés.
Toute société a besoin de perspectives, d’espoirs, de créativité, je vois ces entrepreneurs tous les ans depuis de nombreuses années, ce livre de nos entretiens avec Bernard Loiseau garde tout son sens, dans une époque qui manque de repères, qui oublie trop souvent l’humain.

Devenir entrepreneur, c’est beau, c’est courageux, c’est essentiel pour tous, pas suffisant certes, mais capital, pour que nous ayons beaucoup d’individus qui gardent cette « niaque »comme disait Bernard, pour se dépasser, construire, et conquérir le Monde.
Il a fait Saulieu, il est venu en Bourse, comme d’autres sont devenus les leaders de leur marché, sur une idée, une passion, une envie et beaucoup de courage.
Des idées, des passions, beaucoup de Français en ont, il faut de la force pour transformer les idées mais plus il y en aura, mieux la France se portera.
Dans une France qui doute, qui voudrait se recroqueviller sur elle-même pour ne pas voir la réalité en face, j’avais envie de partager avec vous, cette passion, cette énergie.
Parmi tous les entrepreneurs que j’ai rencontré, Bernard Loiseau était le moins « discret » de tous, c’est sûr, mais sa passion était contagieuse, je suis certain qu’il aurait été fier de voir que moi aussi, ma passion s’était transformée en entreprise avec la Web Tv www.labourseetlavie.com, et qu’il m’aurait encouragé, comme plusieurs entrepreneurs l’ont déjà fait.
(...) 
Bernard je l’avoue, si nous avions pu terminer ensemble ce livre, j’aurais fait une autre Web Tv sur la cuisine ma seconde passion que l’on avait partagé ensemble, avec le goût des bons produits et le savoir-faire pour les cuisiner
Pour finir avant de revenir sur ces conversations avec Bernard Loiseau, cette réponse à une interrogation, car souvent on me demande mais pourquoi LA BOURSE ET LA VIE ? Je réponds toujours, mais parce que « derrière la Bourse, derrière une entreprise, il y a toujours une aventure humaine ». Ce n’est pas parce que l‘humain a été parfois oublié à torts, qu’il ne doit pas se « réveiller » et prendre en main son destin. Le Monde est à sa portée s’il en a l’ambition."

© Tous droits réservés.

Écouter, ressentir, partager son expérience et l’histoire de l’entreprise Bernard Loiseau, à travers ce qu’il avait en plus du don de cuisinier, celui de l’amitié, voilà l’origine de ce livre mettant en lumière un parcours exemplaire.

Bernard Loiseau : «On a tout fait pour je j’abandonne ce métier. Pour que je ne réussisse pas dans ma vie. Partout où je suis passé on m’a toujours dit tu ne réussiras jamais

Au lendemain de la publication du Guide Michelin 2013, nous allons partager ensemble le regard d'un grand chef, Bernard Loiseau, avec qui j'ai eu la chance de parler et d'échanger à partir de novembre 2001.

A suivre

Didier Testot