mercredi 29 mai 2013

Bienvenue à la Bourse des entreprises, pardon à EnterNext

par Didier Testot
C'est donc en 2013, un peu aux forceps diront ceux qui sont proches de cet univers de la Place de Paris, que la Bourse des Entreprises vient d'être baptisée "EnterNext".
Projet qui a eu son lot de commissions et d'intérêts contradictoires entre différents acteurs de la place, un rapport Rameix - Giami sur le financement des PME avait tancé le responsable de la place de Paris, NYSE Euronext, et l'ambiance n'était pas au beau fixe, loin de là.
Depuis Gérard Rameix, l'un des deux rédacteurs de ce projet est redevenu, par un miracle, que seuls les énarques peuvent expliquer, Président de l'AMF. Depuis sa création, le gendarme de la Bourse n'a jamais eu à sa tête un spécialiste des marchés financiers. Parenthèse historique !
Et puis vint un nouveau rapport rédigé cette fois par un Comité d'Orientation Stratégique dédié aux PME-ETI, pour la création de la Bourse de l'Entreprise devant aussi contribuer aux débats avec des mesures pour aider au financement des PME.
Dirigé par un ancien de la COB (gendarme de la Bourse), Fabrice Demarigny, devenu responsable des marchés de capitaux chez Mazars, il nousen avait parler en 2012 : Vidéo
Derrière ces tractations, négociations, colères parfois entre les acteurs qui n'hésitaient pas à brocarder les rapports, la stratégie de NYSE Euronext en Europe, et particulièrement à Paris, était visée.
La réponse est donc venue ce 23 mai, après plusieurs mois de réflexion, rendus difficiles également par le fait que NYSE Euronext a fait depuis l'objet d'une OPA de l'américain ICE.

Les enjeux sont donc de savoir si la place de Paris, un peu perdu dans l'immensité NYSE Euronext et concurrencée largement par Londres pour ses marchés, pouvait retrouver un dynamisme, pas seulement du fait de l'acteur de place, mais aussi de tous les autres, banques, intermédiaires financiers, entreprises.
La réponse "EnterNext" sera donc regardée de près, elle couvrira les compartiments actuels B et C du marché règlementé, ainsi qu'Alternext, soit près de 800 entreprises.
Avec une filiale dotée d'une marque, et des ressources humaines propres : politique commerciale, amélioration du modèle de marché, accès à la Bourse depuis les régions, tarifications, des moyens de l'ordre de 18 millions d'euros annuels.
Pour Dominique Cerutti, le Président du Directoire d'Euronext, «face aux difficultés actuelles de financement des PME-ETI, il est crucial de se mobiliser – c’est notre mission et notre conviction. NYSE Euronext s’engage totalement aux côtés des chefs d’ entreprise comme de tous ceux qui veulent agir pour renforcer le tissu entrepreneurial, gage de croissance et d’emploi(...)En 2012, les marchés européens de NYSE Euronext ont permis aux entreprises de lever plus de 83 milliards d’euros dont plus de 57 milliards en France. Ce sont cette dynamique et cette qualité de marché que nous entendons mettre au service des PME-ETI.»


Ce n'est pas la première fois en réalité que la Bourse de Paris doit faire sa Révolution commerciale, dans les années 80, le Second Marché, avec ces PME devenues célèbres comme TF1, puis le Nouveau Marché avec Internet, étaient venus compléter l'offre historique. Avec le temps et quelques déboires liés au dégonflement de la bulle Internet, les PME avaient perdu pour certaines d'entre-elles l'attrait initial.
Alternext, projet lancé par NYSE Euronext, pour aider à l'accès en Bourse de jeunes entreprises de croissance, venait compléter l'offre. Nous en parlons cette semaine avec Yannick Petit, le Président d'Allegra Finance (Bilan des introductions en Bourse PME et ETI), qui connaît bien la place de Paris et qui au titre de sa société a réalisé de nombreuses introductions d'entreprises sur Alternext. Permettre à de jeunes entreprises l'opportunité de lever des fonds, et une vraie côte notamment pour les valeurs dans le secteur de la santé a pu éclore, Alternext a pris sa place, malgré la crise de 2007.

Mais comme toujours, mettre les difficultés d'accès à la Bourse sous la seule responsabilité de NYSE Euronext est un peu court. C'est en effet un écosystème fait d'intermédiaires financiers, brokers, banquiers, communicants, avocats, ... et tous ont leur responsabilité dans leur capacité à faire partager de vraie aventures entrepreneuriales avec d'autres investisseurs. NYSE Euronext peut aussi y contribuer par des tarifs attractifs et des services aux entreprises, il doit aussi se battre face aux marchés alternatifs, prêts à prendre des parts de marchés face aux places historiques.
Les excès de la bulle internet ne sont pas si loin, les valorisations fallacieuses, les business plan "pipo", peuvent faire encore fuir les particuliers.
Pour les professionnels, il en va autrement, la liquidité est devenue un enjeu majeur et s'ils acceptaient encore il ya quelques années de prendre ce risque PME - ETI, ils ont été contraint par la crise de 2007, de revoir leur copie, et sont de moins en moins enclins à "faire" de la PME.
D'où l'apparition du capital investissement qui a su "vendre" des aventures de "coeur artificiel" et autres biotechs.  Cet écosystème est et reste fragile, il la toujours été, reste donc à le faire vivre et connaître.
Une Bourse de l'entreprise, EnterNext désormais sans une exposition ne serait pas non plus complète.

C'est en tant que media que j'ai décidé en 2009, en lançant la Web Tv www.labourseetlavie.com de montrer que l'on pouvait faire autre chose dans ce secteur Bourse Economie et Entreprises, en privilégiant la qualité.
Ce site est devenu par son contenu, unique en son genre, une base de données extraordinaire pour n'importe quel investisseur, particulier ou professionnel, qui s'interesse justement aux PME de la place de Paris et même de Bruxelles. Depuis 2009, plusieurs centaines de dirigeants sont venus parler, parfois pour la première fois, de leur entreprise, et de la stratégie, avec pour objectif de comprendre comment ces PME ou ETI s'adaptaient à la crise économique et financière, qui a touché tous les secteurs d'activité. Ce travail est aujourd'hui visible sur la Web Tv www.labourseetlavie.com et permet à n'importe quel investisseur, particulier ou professionnel, de trouver un historique large des interviews, afin de se faire une idée.
Comme le disait un spécialiste du "family office", "lorsqu'on va dans une bibliothèque on y trouve des livres, lorsqu'on va sur la Web Tv www.labourseetlavie.com, on y trouve un bibliothèque de vidéos pertinentes".

EnterNext a donc déjà sa TV !

Bienvenue à EnterNext, et www.labourseetlavie.com continuera son travail de contenu qualitatif différenciant, pour que les investisseurs puissent mieux connaître les PME, ce qui ne nous empêchera pas aussi de traiter du CAC40 bien entendu. Et cette base de données, donne déjà des résultats pour ceux qui ont besoin de chercher ce contenu (commerciaux, cadres, gestion de fortune, cgp, étudiants, retraités...).









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire