lundi 22 décembre 2014

(Podcast) Rainer Voss ancien banquier d'affaires : "Les mathématiques jouent un rôle trop important dans le monde de la finance aujourd'hui"





Rainer Voss ancien banquier d'affaires : "Les mathématiques jouent un rôle trop important dans le monde de la finance aujourd'hui"

par Didier Testot.


Rainer Voss est le banquier d'affaires qui parle dans "Master of Universe", film qui raconte à travers son témoignage les dessous de la finance de marchés, la fameuse banque d'investissement qui s'est rendue célèbre aux cours des dernières années par de nombreux scandales. J’ai eu la chance de le rencontrer lors de son passage à Paris et il m’a accordé cette interview vidéo. Son métier, les failles de ce système financier, de son mode de fonctionnement. J'ai voulu comprendre avec lui pourquoi et comment ce système avait connu des dérives. Une plongée au cœur de la Finance.



Extraits de l’interview : 

Didier Testot (labourseetlavie.com) : À propos des formules mathématiques notamment lors des crédits aux municipalités on vous voit en dessiner sur une fenêtre dans le film « Master of The Universe »  

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : «Les mathématiques jouent un rôle trop important dans le monde de la finance aujourd'hui, car elles nient complètement les émotions, les défaillances humaines, etc. Et d'ailleurs, les mathématiques ne sont pas fiables. J'ai lu quelque part qu'après la faillite de Lehman Brothers, une banque a été bouleversée par 7 évènements qui étaient à 25 écarts-types des prévisions. Autrement dit, cela ne peut se produire que tous les 10 puissance 140 ans. C'est aussi probable que de subir 30 Fukushima en un après-midi. Pourtant, c'est arrivé.Cela signifie que les modèles ne sont pas fiables. La valeur d'un actif est définie par ce que les gens sont prêts à payer. Pas par un modèle. »

Où l’on  parle de la prochaine crise financière :

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : « Les cygnes noirs viendront d'ailleurs. Par exemple, les cybertechnologies, Ebola, ISIS... Certaines banques ont leur système informatique aux Philippines. Une démocratie stable, à l'abri des conflits religieux. C'était ironique...Donc, si le pays devait faire face à un soulèvement islamiste, ils pourraient plonger New York et Francfort dans le noir, car leur système informatique est aux Philippines »

Trading Haute Fréquence, produits dérivés :


Rainer Voss ancien banquier d’affaires : «Le problème ne vient pas seulement du trading haute fréquence. Selon moi, il existe certains produits bancaires dont l'interdiction passerait inaperçue. Le trading haute fréquence en fait partie. Il faudrait prendre chacun de ces produits et évaluer leur rapport risque/rendement, pas d'un point de vue financier, mais d'un point de vue social. Les résultats mettront en évidence des dérivées d'ordre 1, 2, 3 ou 4 ou le trading haute fréquence. C'est comme pour des armes de destruction massive ou une centrale nucléaire, le rapport risque/rendement pour la société est déséquilibré. Il faut donc les supprimer»


Didier Testot (labourseetlavie.com) : Vous expliquez, à travers l'exemple des obligations grecques, comment des fonds d'investissement peuvent détruire un pays.

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : «Nous avons tous une assurance-vie, une pension de retraite, etc. Et les fonds de pension ont des obligations grecques. Qu'attendons-nous d'eux ? Vous comme moi ? Qu'ils protègent notre argent.Pour cela, ils vont sûrement vendre des obligations grecques, faisant ainsi augmenter les taux d'intérêt en Grèce. Comment leur en vouloir ? Ils ne font que leur travail.(…) Dans le cas de la Grèce, et cela m'inquiète beaucoup, on dit aux Grecs pour qui voter. (…)Alors, le citoyen perd sa souveraineté à cause des marchés et cela me fait peur. Je ne veux pas de ça. »

Didier Testot (labourseetlavie.com) : Et la France, alors ? Dans le film, vous vous demandez qui sera le prochain et vous dites que ce sera la France. Nous voulons savoir pourquoi.

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : « Je ne suis pas économiste. J'ai dit ça aux alentours de février 2013, il me semble. Apparemment, je me suis trompé. Nous tenons le coup ! Le redirais-je aujourd'hui ? Je le pense. Il ne s'agit pas de faits. Je ne remets pas en cause la structure de votre économie. Les pays ne font pas faillite parce qu'ils ne peuvent plus payer, mais parce qu'on pense qu'ils ne peuvent plus payer. C'est différent. Il est question de psychologie, pas de faits. On peut contrôler des faits, qui sont peut-être exacts, d'ailleurs. Mais la rumeur circule. Et alors, les fonds de pension vendent des obligations françaises. L'écart avec l'Allemagne passe alors de 0,4 à 0,6, puis 0,8, 1,5...On commence à s'inquiéter : "Que se passe-t-il en France ? On s'en fiche, vendons tout. Soyons prudent." Puis l'écart passe de 1,5 à 2, 3,créant ainsi une dynamique très défavorable à votre pays, même si les faits sont les mêmes
que 2 jours auparavant. »

Didier Testot (labourseetlavie.com) : Vous dites, dans le film, que personne n'est capable de comprendre le bilan de la Deutsche Bank. Pas même d'autres banques ? Personne ?

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : « Pas une personne seule.Il est trop volumineux. Bien entendu, un auditeur rédige le bilan et l'équipe d'audit est capable de le comprendre. Mais, au final, c'est extrêmement compliqué. Difficile, en tant que manager, de ne pas comprendre les rouages de l'entité que vous dirigez. Vous tirez là et vous ne savez pas ce qui se passera ici.
Que faire, dans ce cas ? Opérer par tâtonnements. Dans ces conditions, je ne peux pas faire confiance au système. »



Didier Testot (labourseetlavie.com) : Tout être humain a besoin d'espoir pour vivre. Nous le savons tous les deux. Pouvez-vous nous redonner de l'espoir ? Le film est très sombre. Vous y décrivez l'univers de la finance, et dressez le portrait d'un homme très froid. C'est très apocalyptique.

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : « Aux deux. Je pense qu'en effet...Les banques doivent réinventer leur façon de faire des affaires. Inventer la banque 4.0. J'ai des enfants. Je vais peut-être paraître cynique, mais ce que je vais dire est vrai. Une banque est organisée
autour de deux piliers : le manque de transparence et l'asymétrie d'information. Mes enfants m'ont donné les mêmes réponses. Comment une banque et mes enfants vont-ils bien pouvoir collaborer ? Il faut trouver de nouvelles idées, comme le financement participatif.
Je suis sûr que nous utiliserons beaucoup les bitcoins, les monnaies alternatives, que se développeront de nouvelles formes de financement privé, de financement d'amorçage pour les créateurs d'entreprises, etc. Google dispose d'une licence bancaire en Europe. Ils proposeront d'abord d'effectuer des transactions. Les banques diront : "Laissons-les
faire, ça nous coûte de l'argent." Et 2 ans plus tard, Google proposera d'ouvrir un compte bancaire. Et les banques diront :"Nous n'avions pas prévu le coup". Il y a donc une évolution, accompagnée d'innovation. Et je crois, j'espère, vous qui vouliez de l'espoir, j'espère que ce processus remplacera tout ce qu'il y a de mauvais dans l'ancien système
et qui l'empêche d'avancer. »


Didier Testot (labourseetlavie.com) : Lorsque vous entendez les banquiers français ou européens dire que la réglementation est excessive, qu'il est impossible de financer les entreprises, qu'il y a trop de réglementation depuis Bâle III ?

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : « Je ne crois pas. Il y a trop peu de régulation, selon moi. Si elle est bien ciblée ou non, c'est une autre question. Je pense qu'il faut mettre le pied à l'étrier et dire aux politiciens : "Nous ne nous laissons plus faire", pour qu'ils soient obligés d'agir. Je ne sais pas si c'est la bonne méthode, mais il faut agir. Je suis du même avis que les professeurs Hellwig et Admati,auteurs de "The Bankers' New Clothes" : je crois que l'actif des banques devrait être de 20% de l'actif, pas de 2,5% ou 5%.Il faut également modifier les ratios de levier. Il est inacceptable d'avoir des ratios de levier de 30 ou 35 %. C'est totalement inacceptable. Il y a d'autres régulations...Les régulations ont fait disparaître les liquidités des marchés les banques ne créant plus de marchés car cela leur coûtait trop cher en fonds propres. Était-ce une bonne idée ? Je ne sais pas. Mais il faut faire bouger les choses et...quand on veut assécher un marais, on ne demande pas leur avis aux grenouilles. »

Didier Testot (labourseetlavie.com) : On observe une montée des extrêmes en France et dans certains pays d'Europe. Pensez-vous que la situation actuelle, cette longue crise, ce système, soient en partie responsables de ce que les gens pensent aujourd'hui ?

Rainer Voss ancien banquier d’affaires : « Très clairement, oui. Cela m'inquiète également. Je ne redoute pas une nouvelle crise financière car rien ne change : les riches s'enrichissent,
les pauvres s'appauvrissent, et, 2 ans plus tard, retour à la case départ, on recommence tout à zéro. Je suis inquiet des conséquences sociales de cette situation, politiques également, et de la façon dont notre société s'en trouve remodelée»




samedi 6 décembre 2014

lundi 1 décembre 2014

Web Tv www.labourseetlavie.com et le "Content is King”

par Didier Testot.

Comme vous le savez, la Web Tv www.labourseetlavie.com ne fait rien comme tout le monde, je veux dire pas comme les autres medias du secteur. C'est le constat des dernières semaines. Tel ce dirigeant d'une jeune entreprise qui m'explique lors d'un salon destiné aux actionnaires, que la vidéo réalisée ensemble il y a un an ("avec les bonnes questions, le bon angle...", dit le fondateur de l'entreprise) lui a été utile dans ses rencontres professionnelles. 
C'est aussi une Biotech qui se met en avant et c'est plus de vues que sur le site leader du secteur, c'est avec Onxeo
Nanobiotix a déjà suivi à quelques jours près. Les exemples sont nombreux au cours des dernières semaines de vidéos qui se distinguent pour les investisseurs et/ou les actionnaires.

C'est une conviction dès l'origine du media Web Tv, produire du contenu différent à valeur ajoutée. Et mes conversations avec de jeunes entreprises, pas encore sous le s projecteurs des medias, vient confirmer que c'est aussi l'avenir de ce media : "Content is King", oui le contenu d'abord. C'est ce que disent de nombreux acteurs déjà en avance sur le Web. C'est une confirmation ici aussi qu'il faut savoir produire du contenu, et ne pas simplement faire du copié-collé de l'existant en l'habillant différemment ! 

Dans l'actualité des publications des dernières semaines : LECTRA (Logiciels CFAO), Réalités dans la promotion immobilière, Methanor dans le financement d'unités de méthanisation, LeadMedia qui est venu s'expliquer après la scission qui n'a pas eu lieu, LDLC.com, dont la stratégie Web, se déclinera de plus en plus en boutiques, LDC, c'est Loué et Le Gaulois ou Marie, des marques d'audience nationale dans l'agroalimentaire, Generix dont la transformation vers le mode SaaS porte ses fruits. Une société en "recovery", après deux augmentations de capital en moins d'un an, c'est Cybergun spécialiste du tir de loisirs
Retrouvez l'ensemble de ces vidéos sur ce lien : RESULTATS

Au Clean Green Event, les rencontres avec les dirigeants d'entreprises innovantes dans le secteur de l'énergie, des transports, du co-voiturage ....: CUBIK-HOME avec un béton innovant, Emotion System qui présente notamment des systèmes de parkings verticaux, Téléppilotage de batiment avec Actiwatt ou financement avec Kyotherm et Co-voiturage avec Wedrive : CLEAN GREEN EVENT

Pour la Bourse ou l'économie, un seul mot d'ordre la diversité : Union Bancaire Privée, Cholet Dupont, Mansartis, Dorval Finance, 360 Hixance AM, suivrons SSGA France, Pastel et Associés, Swiss Life Gestion Privée, Invesco AM, Matignon Finance :  Bourse



jeudi 13 novembre 2014

Forex, CFD : l'épargnant en danger démontre l'AMF

par Didier Testot

Lorsque j'étais "seulement" journaliste au service Bourse, on me demandait souvent des conseils, j'expliquais que c'était un métier, que j'étais un observateur, pas un conseiller. Cette fois je me permet de vous donner ce conseil, surtout si vous êtes un épargnant à la recherche de placements rémunérateurs.
Car c'est à ce moment-là que vous risquez de faire l'erreur fatale de confier vos économies à des inconnus, sous couvert de sites internet magnifiques, de publicités commerciales accrocheuse, de profils avenants (vous n'imaginez pas le nombre de spécialistes du Forex, avec une chevelure blonde et une poitrine généreuse), ou vous promettant de gagner facilement de l'argent, la crise amène toujours les spécialistes de la spoliation de l'épargne à être inventifs et la faiblesse de rendements peut conduire à céder à la tentation.


(Photo d'un site de Forex russe trouvé sur Google)

Je n'ai pour une fois donc qu'un seul conseil, lisez cette étude exhaustive de l'AMF (l'autorité des marchés financiers), consacrée aux marchés des changes, le Forex, dont vous avez peut-être lu, comme si cela ne suffisait pas, que récemment des banques avaient été condamnées pour manipulations (http://www.bbc.com/news/business-30016007)

Alertée par le nombre croissant de réclamations des épargnants, l’AMF s'est penché sur ce marché libre, sans régulation, et qui attire les escrocs de tous poils. Vous avez tout à perdre à ne pas lire cette étude et à succomber au charme du Forex.





L’AMF y révèle que 9 clients particuliers sur 10 sont perdants !

L’AMF a interrogé dans cette étude des acteurs agréés constituant une part très significative du marché du trading des CFD (contract for difference) et du Forex en France.

L'AMF indique à cette occasion que "Sur quatre ans, le pourcentage de clients perdants tous prestataires confondus est proche de 89 % ; - La perte moyenne par client est de près de 10 900 euros entre 2009 et 2012 ; - Sur ces 4 années, 13 224 clients ont perdu au total près de 175 millions d’euros, tandis que les 1 575 clients restants ont gagné au total 13,8 millions d’euros.
Au-delà de cette grande majorité de clients perdants et des pertes subies, l’étude met en lumière un phénomène comportemental : le peu d’apprentissage dans le temps des investisseurs particuliers. En effet, il s’avère que les traders les plus actifs et réguliers voient leurs pertes se creuser dans le temps."

Bref, en 25 ans de métier, cette fois je vous donne un conseil, lisez cette étude, et ne tombez pas dans le panneau !

LIEN ETUDE AMF 

dimanche 2 novembre 2014

Trois Pdgs du CAC40 dans le TOP 100 du classement de Harvard Business Review

par Didier Testot
Les classements des grandes écoles, les classements des meilleurs même si beaucoup d'entre-eux sont sujet à caution scientifique voire parti-pris idéologique, il faut le dire être dans un classement reste en général plutôt flatteur.
Je n'ai donc pas pu résister à l'envie de voir si dans le "Best-Performing CEOs in the World" publié par Harvard Business Review, figurait des Français.
Je ne m'attendais pas à les voir dans le Top 3 et j'ai finalement trouvé plusieurs d'entre-eux.
À commencer par un Pdg plutôt discret comme sa société qu'il dirige depuis 2006, Benoît Potier, Pdg d'Air Liquide, leader mondial des gaz industriels et pour la santé. Société ancienne, figure du CAC40, et qui lorsqu'on regarde son parcours boursier s'apparente toujours à une valeur de "père de famille".
Mais Air Liquide ne fera sans doute pas la fête aussi vite car dans le même classement son principal concurrent, l'allemand Linde,  est lui à la 59ème place ! Encore un effort M. Potier !

Il m'a fallu aller plus loin dans le classement pour trouver d'autres dirigeants Français, et le Pdg de Valeo, Jacques Aschenbroich (interview lors de son retour dans le CAC40 sur la Web Tv www.labourseetlavie.com), qui lui dirige Valeo depuis 2009, avec un plan stratégie qui a à ce jour porté ses fruits.



Un peu plus loin dans le classement, il s'en est fallu de peu pour que Franck Riboud, le Pdg de Danone depuis 1996 n'y figure pas, il est 98ème. Franck Riboud, qui a cédé la direction opérationnelle du groupe à Emmanuel Faber, le directeur général délégué. Franck Riboud reste président du Conseil d'administration.

Voilà donc pour ce classement, qui offre peu de nouveautés côtés dirigeants français en tout cas, bien entendu, on aimerait en voir plus et surtout de nouveaux noms, de nouvelles entreprises, si le capitalisme américain s'est largement renouvelé au cours des dernières années avec notamment l'arrivée des nouvelles technologies, on ne peut pas en dire autant du capitalisme français même si c'est toujours mieux que rien !
Et comme je le disais initialement, les classements sont toujours sujets à caution, Jeffrey Bezos, le Pdg d'Amazon commence à inquiéter les investisseurs au sujet de sa rentabilité ! Il est pour l'instant le numéro 1 de ce classement. À suivre





lundi 13 octobre 2014

Mondial 2014 : Vous avez dit "voiture connectée"

par Didier Testot

S'il y a bien une révolution qui se prépare dans le secteur automobile, elle concerne la connectivité des véhicules, ce fameux "Digital".
Avoir le contenu de son téléphone sur un écran est un début, à l'occasion du Mondial 2014, la Web Tv a voulu savoir ce qu'il en était déjà dans les véhicules existants. Volkswagen, Mercedes, BMW,
Toyota, Peugeot France ont répondu à cette question.

http://www.labourseetlavie.com/videos/le-zapping/zapping-mondial-2014-voitures-connectees-que-disent-les-constructeurs,1832.html

Même si nous n'en sommes qu'au début en la matière, cela donne déjà un aperçu des enjeux. Et quand on voit la taille de cet écran du tableau de bord dans ce véhicule Tesla, on mesure déjà le chemin parcouru.

(intérieur d'un modèle Tesla Photo Pierre-Ugo Faure pour la Web Tv www.labourseetlavie.com)

Vous pouvez retrouver les interviews complètes des dirigeants du secteur automobile ici également : http://www.labourseetlavie.com/recherche.html?q=mondial

lundi 29 septembre 2014

Immobilier : Accélération de la baisse en 2015 selon un expert indépendant

par Didier Testot
Communiqué de presse du 29 septembre 2014

 Financiarisation excessive, revenu disponible des ménages, scénario de déflation, le marché immobilier français a connu une "bulle", même si les professionnels de l'immobilier ont du mal à parler de bulle mettant en avant les besoins du marché. Mais faut-il une nouvelle fois le rappeler, les marchés immobiliers ont toujours connu des cycles. Où en sommes nous ?
Jean-Luc Buchalet Président de Pythagore Consult persiste et signe dans un nouvel ouvrage publié aux Editions Eyrolles « Comment la bulle va se dégonfler ».
Il a accordé à la Web Tv www.labourseetlavie.com une nouvelle interview dont voici les principaux extraits. En 2012, nous avions évoqué ce marché ensemble, et il décrypte aussi pourquoi finalement la baisse est plus lente que prévue en France.

Jean-Luc Buchalet, Président de Pythagore Consult : 

« Déjà, on va rappeler quand même un principe, c'est qu’il y a des cycles, d'accord ? Si on rappelle la dernière crise qui a eu lieu entre 90 et 97 où le plus bas avait été atteint, à Paris intra-muros, soi-disant la ville lumière qui ne peut jamais baisser, on avait baissé à peu près de 39 %. Si on rajoute l'inflation, on était dans des baisses qui étaient de l'ordre de 48-49 %, donc cela veut dire qu'il y a des cycles dans l'immobilier. Alors, la particularité du dernier cycle, c'est que vous avez eu une financiarisation excessive de l'immobilier avec les banques qui ont utilisé bien entendu les prêts immobiliers comme produit d'appel et en essayant de faire leurs marges sur autres choses de façon à attirer les clients(...)Deuxième chose qui a eu lieu, c'est cette baisse extraordinaire, historique, comme on n'en a jamais vu, et donc personne n'aurait imaginé… si on avait dit il y a dix ans que les taux d'intérêt seraient à 1,30 sur le 10 ans, les gens nous auraient dit : « il y a une catastrophe, qu'est-ce qui se passe ? On est dans un scénario à la japonaise. »



Web TV www.labourseetlavie.com : On a eu aussi du point de vue des ménages sans doute, cette idée avec les crises financières que l'immobilier finalement c'est la valeur refuge.

Jean-Luc Buchalet, Président de Pythagore Consult : « On a exactement eu le même phénomène après la crise de 1929. Donc vous aviez eu l'effondrement des marchés financiers et donc tous les gens ont soldé leur portefeuille, tous les actifs qu'ils avaient dans le domaine financier pour pouvoir se réfugier sur l'immobilier, sachant que les gens se disent : « de toute façon, sur très longue période, ce sera pour ma retraite, j'aurais mon appartement, et donc cela me protège ». Et donc on a eu ce phénomène équivalent, donc on a eu après 29 une hausse très forte de l'immobilier jusque en 1935, et puis derrière la réalité est venue dans une crise qui a mené à la seconde guerre mondiale. On a eu des prix de l'immobilier de 1935 à 1939 qui ont baissé. Aujourd'hui, on a eu cette crise en 2011 et bis repetita en 2012 concernant la possibilité d'un éclatement de la zone euro. Et donc vous avez eu beaucoup de gens qui se sont rendus compte que finalement l'assurance-vie n'était peut-être pas si sûre et donc ont vendu des paquets très importants, on l'a très bien vu dans les flux, pour aller se positionner sur l'immobilier et on a bien atteint un pic sur l'immobilier à l'été 2011. »

Web TV www.labourseetlavie.com : De votre point de vue, on pourrait retrouver ce que l'on a déjà eu c'est-à-dire de dire  -30 % ne serait pas en soit impossible ?

Jean-Luc Buchalet, Président de Pythagore Consult : Donc si, sur très longue période, en gros les prix de l'immobilier évoluent en fonction des revenus. Donc on a bien vu ce phénomène depuis la seconde guerre mondiale jusque, on va dire, en 97, vous avez une évolution parallèle entre le revenu des ménages et les prix de l'immobilier, et on a eu un décrochage puissant par les phénomènes que je viens d'expliquer, de financiarisation excessive, de baisse des taux, d'allongement de la durée des prêts, de financiarisation, donc on a eu cette sortie par le haut. Et donc la tendance de fond, c’est de revenir au revenu disponible des ménages, et je vous le redis en plus dans un contexte économique relativement médiocre, avec une progression maintenant du revenu des ménages qui va être de plus en plus lente, compte tenu de ce scénario de déflation, donc pour pouvoir revenir sur cette tendance à long terme, il faudra à peu près une baisse de l'ordre de 30 %. Donc cela peut se faire deux façons, brutalement, donc ce n'est pas notre scénario, je vous ai dit, -4, -5 cette année, et de l'ordre de -8, -10 l'année prochaine, et puis après à -4, etc., donc un lent étiolement dans la mesure où les banquiers ont fait correctement leur métier c'est-à-dire qu'ils ont vérifié quand même que les ménages étaient solvables, et donc les prix se font quand même à la marge.

La vidéo de cette interview est à retrouver sur le lien suivant :




A propos de la Web Tv www.labourseetlavie.com Web TV 100% actualités sur la Bourse, l’Economie et les stratégies d’entreprises, avis d’experts, analyses, débats économiques et dossiers,  pédagogie humour, plus de 1.650 vidéos, l’information économique à valeur ajoutée.

mercredi 24 septembre 2014

mercredi 10 septembre 2014

(Podcast) Jean-Louis Mourier Économiste Aurel BGC : "Le leitmotiv des banquiers centraux reste de ne pas surprendre"





mardi 12 août 2014

Eric Dunoyer le Pdg de Numericable cède des titres pour plus d'1 million d'euros

par Didier Testot.
C'est l'été, l'occasion pour le Pdg de Numericable, Eric Dunoyer de vendre des titres de son entreprise dont le fait d'armes de cette année 2014 aura été la prise de SFR malgré les oppositions nombreuses et la bataille médiatique contre l'actionnaire de la société Patrick Drahi, vainqueur à l'arraché de cette bataille dans les telecoms.
Selon un avis de l'AMF, c'est un montant modeste de 4.230 euros environ, suivi d'un montant plus conséquent de plus de 1 M d'euros qui a été cédé par le Pdg actuel de la société. Des titres qui proviennent de cession de NYMB et de parts de la société Altice France sous forme de PECs (en anglais Preferred Equity Certificates).

vendredi 8 août 2014

Interviews lors des Rencontres Paris Europlace 2014 (vidéos)

par Didier Testot.

Lors des Rencontres Paris Europlace 2014, nous avons rencontré de nombreux invités sur des thématiques suivantes : 

Financement d'entreprises par le crowdfunding, financement des #PME par de nouveaux outils, notamment titrisation, la conjoncture en Espagne et en Europe, la gestion d'actifs confrontée à un environnement de taux bas (avec la Française et la Banque Postale Asset Management), la gestion du collatéral, l'évolution de la Bourse en Algérie, le retour des investisseurs en Europe, le financement de sociétés de gestion en France, bilan et perspectives...

Toutes les vidéos sont à voir sur ce lien : http://www.labourseetlavie.com/recherche.html?q=rencontres+paris+europlace+2014


Bonne visite.


Bonnes vacances

















jeudi 7 août 2014

(Podcast) Jacques de Larosière Président d'Eurofi lance un cri d'alarme pour le financement des PME





samedi 2 août 2014

mardi 1 juillet 2014

Bourse : Quand un mystérieux site envoie à la cave le titre GOWEX (Actualisé après les révélations de fraudes par le dirigeant)

par Didier Testot

Découvert par hasard, un site a mis en cause gravement la société Gowex (spécialiste du Wifi), faisant plonger le titre à la Bourse de Paris, trois lignes ont suffi pour la chute en Bourse :

  • Gowex shares are worth €0.00 per share.
  • Over 90% of Gowex’s reported revenues do not exist. We estimate GOW’s actual revenues to be <€10 million.
  • The shares will be suspended, just as Pescanova’s shares were suspended.
SUMMARY OF FINDINGS
  • Gowex’s actual Wireless revenues are at most 10% of what GOW reports in its financial statements.
  • GOW’s Hotspot network it owns or manages is ~5K in size. CEO told us 100K+ & JBCapitalMarkets estimates 35K.
  • GOW’s audit fee is €40,000, which makes sense if Gowex’s actual revenues are only 5%-10% of reported revenue.
  • 90% of Telecom revenue originated from undisclosed related parties, tied to GOW CFO & an early investor. We have evidence Gowex’s largest customer was really itself.
  • Gowex Telecom (i.e. Iber-x) website has not been updated in years. It appears to be no longer in business.
  • Gowex told some investors that New York City was paying them €7.5 million. GOW told us €2 million. The real number is <€200,000, according to New York City.
  • Gowex does not publicly disclose basic metrics, such as hotspot count or wireless revenue segment details.
  • The head of investor relations is the CEO’s wife. She signed off on GOW’s annual reports.
  • The June 5th MallPlaza press release (in English) makes demonstrably false claims. The same press release in the native Spanish omits the false claims.
  • GOW lied to the European Union’s Transparency Register, claiming it spent over €50 mm in political contributions.
  • CEO Jenaro Garcia was a Director of Advanced Refractive Technologies, a penny stock fraud whose shares were revoked by the US Securities and Exchange Commission.
  • GOW’s private market valuation is only €0.14 per share, based on Arqiva’s acquisition valuation."
Impossible de trouver beaucoup d'informations sur le site au doux nom de 

"GOTHAM CITY RESEARCH LLC"

Référence sans doute à Batman, mais pourquoi donc ?
Pourquoi s'attaquer à une valeur côtée de la sorte ? 
Avec un profil Twitter de spécialiste, plutôt sur l'analyse technique. Et déjà trois abonnements qui étonnent : Le Pape, un Pope et un financier. Un fonds vautour ? Mais sans indication aucune sur le capital et/ou les membres de l'équipe.
Le Financial Times s'était déjà posé la question le 23 avril dernière à propos d'une autre société victime des agissement du site : http://www.ft.com/cms/s/0/a841ea38-ca4d-11e3-8a31-00144feabdc0.html, en évoquant un M. Yu sous le compte Twitter @@LongShortTrader
Le commentaire d'un internaute sur le site de l'agence Blooomberg résume assez bien le "sujet" Gotham :










Le document d'accusation est partagé sur le site :
"
La réponse de Gowex, dans la journée


"Dear all,

Hereby, LET'S GOWEX, S.A., (hereinafter GOWEX) informs the market of the following:

1. The information published today by Gotham City Research LLC has major factual 

inaccuracies and false statements which the Company considers defamatory

2. None of GOWEX’s Management or IR team members have ever met Gotham City 

Research LLC as claimed in the report.

3. From a non signed document, the only objective sought by Gotham City Research 

LLC is deliberate damage both to the share price and to GOWEX’s image for its sole 

benefit.

4. GOWEX will not hesitate to take any legal actions against people responsible for 

this report and any other person involved.

5. GOWEX categorically rejects the conclusions of the Gotham City Research report.

GOWEX will provide further details and clarifications on this issue in the following days."

Vu la tournure du dossier, il va de soi qu'une enquête de l'AMF s'impose !


Des comptes qui seraient finalement falsifiés depuis 4 ans !!!


Ce week-end un nouveau rebondissement dans ce dossier puisque  selon la presse financière : 

"Jenaro Garcia Martin, a déclaré qu'il était l'auteur de comptes qui "ne donnaient pas une image fidèle" de la réalité, la société ne peut pas honorer ses dettes. Jenaro Garcia Martin a démissionné à la demande des membres du conseil d'administration, qui a demandé que la société soit placée sous la protection de la loi sur les faillites".

A noter que le Commissaire aux comptes de cette société est un certain José Antonion Diaz Villanueva du cabinet http://www.mvauditores.com/index.html . C'est à lui que revient la certification des comptes jusqu'ici. 












Vidéo GOWEX : 

dimanche 29 juin 2014

Emmanuel Petiot Directeur Général Deinove "on arrive à fabriquer des composés chimiques dans le cadre du projet Deinochem" (Podcast)





Anthony Attia Président Euronext Paris : "Tout a changé en dix ans" (Podcast)





lundi 23 juin 2014

Valeo dans l'indice CAC40

par Didier Testot

Depuis ce matin l'équipementier Valeo fait à nouveau partie du CAC40, après 13 ans d'absence, cette présence dans l'indice phare couronne une transformation de l'entreprise qui s'est concentrée sur plusieurs métiers et a accélérer sa croissance à l'international notamment en Chine.

À cette occasion, j'ai rencontré Jacques Aschenbroich, le Directeur Général de Valeo.

Avec lui nous évoquons le profil actuel de Valeo, ses métiers, la concurrence et les marchés, de même que les perspectives de l'entreprise.  Si le marché automobile s'est stabilisé en Europe, globalement il est en croissance.

Une interview à découvrir sur la Web Tv www.labourseetlavie.com

samedi 31 mai 2014

AgroGeneration opérateur agricole en Ukraine publie une perte massive en douce

par Didier Testot


Le groupe AgroGeneration (5ème opérateur agricole en Ukraine) avait décalé la publication de ses comptes en étant plutôt optimiste à l'éqoque de cette annonce. 

Finalement la perte nette est finalement de 22,6 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 53,7 millions d'euros. Une communication financière un Vendredi de l'Ascension, pour faire le minimum de bruit sans doute (communiqué AgroGeneration)



AgroGeneration a depuis plusieurs mois changé de mains dans son rapprochement avec Harmelia finalisé le 11 octobre 2013. Et Konkur Investments Limited, contrôlée par le fonds d'investissement international SigmaBleyzer, était devenu à cette occasion l'actionnaire majoritaire d'AgroGeneration à hauteur de 62%. Gravitation et GreenAlliance, contrôlées par Charles Beigbeder et Alain Mallart (qui restent administrateurs du Groupe) détenaient eux à l'issue de l'opération, 11,2% de la société, le solde étant réparti entre les actionnaires institutionnels historiques et le public.

À propos d'Harmelia, ses terres agricoles sont situées plutôt dans l'Est de l'Ukraine !

Charles Beigbeder dont les boursiers savent par expérience (Self Trade, Poweo, ...) qu'il vaut mieux rester à l'écart de ses activités cotées car seul lui sort au bon moment, seront une nouvelle fois convaincu que c'est la bonne méthode.

Ceux qui ont encore des titres AgroGeneration peuvent contempler ce graphique en se disant, si j'avais su !
(SOURCE BOURSORAMA.COM) 

La justification des pertes est selon la société due à trois éléments :  "l'impact majeur de la forte baisse des prix des matières agricoles sur la marge brute, et ce malgré une production annuelle en ligne avec les attentes à 471 000 tonnes (dont 440 000 tonnes en Ukraine) ; des charges non récurrentes liées aux coûts spécifiques de la fusion ; les effets de l'harmonisation des principes comptables ;"

Et du côté des perspectives 2014 "
La visibilité sur la bonne tenue des opérations sur l'exercice 2014 reste liée à l'évolution rapide du contexte en Ukraine. Avec les élections passées et un nouveau dirigeant élu, le climat semble plus optimiste même si le retour à la normale prendra encore du temps."

Il y a quelques années AgroGeneration présentait la diversification en Argentine comme un moyen d'équilibrer le portefeuille agricole de l'entreprise. Depuis, le groupe a revu sa copie !

Lever des fonds en Bourse, sur un projet porteur (agricole, Ukraine), c'était une idée vendeuse, lever encore plus d'argent, fusionner avec un groupe , cela ressemble à du déjà vu.

La French Touch sans doute !

Le site AgroGeneration est actuellement en refonte, c'est la stratégie de l'entreprise toute entière qui est aujourd'hui sujet à interrogations pour les actionnaires individuels. La société est cotée sur Alternext (http://www.labourseetlavie.com/recherche.html?q=agrogeneration)



Lien : vidéo après l'opération financière d'augmentation de capital en juillet 2012 : http://www.labourseetlavie.com/videos/entreprises-strategie-et-resultats/charles-vilgrain-president-du-directoire-agrogeneration,954.html

jeudi 29 mai 2014

Etienne Auriau DAf de Laurent-Perrier "Le marché du champagne commence à se stabiliser" (Podcast)





dimanche 25 mai 2014

TV Bourse : Christian Jimenez Président Diamant Bleu Gestion (extrait vidéo)



par Didier Testot



Réponse de Christian Jimenez Président de Diamant Bleu Gestion sur la Chine, le Japon et quid des investisseurs qui découvriraient aujourd'hui les marchés actions, est-ce possible d'investir en 2014 ?

mercredi 21 mai 2014

Podcast Economie - Marchés : Julien-Pierre Nouen Economiste - Stratégiste Lazard Frères Gestion