jeudi 13 novembre 2014

Forex, CFD : l'épargnant en danger démontre l'AMF

par Didier Testot

Lorsque j'étais "seulement" journaliste au service Bourse, on me demandait souvent des conseils, j'expliquais que c'était un métier, que j'étais un observateur, pas un conseiller. Cette fois je me permet de vous donner ce conseil, surtout si vous êtes un épargnant à la recherche de placements rémunérateurs.
Car c'est à ce moment-là que vous risquez de faire l'erreur fatale de confier vos économies à des inconnus, sous couvert de sites internet magnifiques, de publicités commerciales accrocheuse, de profils avenants (vous n'imaginez pas le nombre de spécialistes du Forex, avec une chevelure blonde et une poitrine généreuse), ou vous promettant de gagner facilement de l'argent, la crise amène toujours les spécialistes de la spoliation de l'épargne à être inventifs et la faiblesse de rendements peut conduire à céder à la tentation.


(Photo d'un site de Forex russe trouvé sur Google)

Je n'ai pour une fois donc qu'un seul conseil, lisez cette étude exhaustive de l'AMF (l'autorité des marchés financiers), consacrée aux marchés des changes, le Forex, dont vous avez peut-être lu, comme si cela ne suffisait pas, que récemment des banques avaient été condamnées pour manipulations (http://www.bbc.com/news/business-30016007)

Alertée par le nombre croissant de réclamations des épargnants, l’AMF s'est penché sur ce marché libre, sans régulation, et qui attire les escrocs de tous poils. Vous avez tout à perdre à ne pas lire cette étude et à succomber au charme du Forex.





L’AMF y révèle que 9 clients particuliers sur 10 sont perdants !

L’AMF a interrogé dans cette étude des acteurs agréés constituant une part très significative du marché du trading des CFD (contract for difference) et du Forex en France.

L'AMF indique à cette occasion que "Sur quatre ans, le pourcentage de clients perdants tous prestataires confondus est proche de 89 % ; - La perte moyenne par client est de près de 10 900 euros entre 2009 et 2012 ; - Sur ces 4 années, 13 224 clients ont perdu au total près de 175 millions d’euros, tandis que les 1 575 clients restants ont gagné au total 13,8 millions d’euros.
Au-delà de cette grande majorité de clients perdants et des pertes subies, l’étude met en lumière un phénomène comportemental : le peu d’apprentissage dans le temps des investisseurs particuliers. En effet, il s’avère que les traders les plus actifs et réguliers voient leurs pertes se creuser dans le temps."

Bref, en 25 ans de métier, cette fois je vous donne un conseil, lisez cette étude, et ne tombez pas dans le panneau !

LIEN ETUDE AMF 

dimanche 2 novembre 2014

Trois Pdgs du CAC40 dans le TOP 100 du classement de Harvard Business Review

par Didier Testot
Les classements des grandes écoles, les classements des meilleurs même si beaucoup d'entre-eux sont sujet à caution scientifique voire parti-pris idéologique, il faut le dire être dans un classement reste en général plutôt flatteur.
Je n'ai donc pas pu résister à l'envie de voir si dans le "Best-Performing CEOs in the World" publié par Harvard Business Review, figurait des Français.
Je ne m'attendais pas à les voir dans le Top 3 et j'ai finalement trouvé plusieurs d'entre-eux.
À commencer par un Pdg plutôt discret comme sa société qu'il dirige depuis 2006, Benoît Potier, Pdg d'Air Liquide, leader mondial des gaz industriels et pour la santé. Société ancienne, figure du CAC40, et qui lorsqu'on regarde son parcours boursier s'apparente toujours à une valeur de "père de famille".
Mais Air Liquide ne fera sans doute pas la fête aussi vite car dans le même classement son principal concurrent, l'allemand Linde,  est lui à la 59ème place ! Encore un effort M. Potier !

Il m'a fallu aller plus loin dans le classement pour trouver d'autres dirigeants Français, et le Pdg de Valeo, Jacques Aschenbroich (interview lors de son retour dans le CAC40 sur la Web Tv www.labourseetlavie.com), qui lui dirige Valeo depuis 2009, avec un plan stratégie qui a à ce jour porté ses fruits.



Un peu plus loin dans le classement, il s'en est fallu de peu pour que Franck Riboud, le Pdg de Danone depuis 1996 n'y figure pas, il est 98ème. Franck Riboud, qui a cédé la direction opérationnelle du groupe à Emmanuel Faber, le directeur général délégué. Franck Riboud reste président du Conseil d'administration.

Voilà donc pour ce classement, qui offre peu de nouveautés côtés dirigeants français en tout cas, bien entendu, on aimerait en voir plus et surtout de nouveaux noms, de nouvelles entreprises, si le capitalisme américain s'est largement renouvelé au cours des dernières années avec notamment l'arrivée des nouvelles technologies, on ne peut pas en dire autant du capitalisme français même si c'est toujours mieux que rien !
Et comme je le disais initialement, les classements sont toujours sujets à caution, Jeffrey Bezos, le Pdg d'Amazon commence à inquiéter les investisseurs au sujet de sa rentabilité ! Il est pour l'instant le numéro 1 de ce classement. À suivre