jeudi 30 mai 2013

« Le Cuisinier et la Bourse », hommage à Bernard Loiseau a été publié sur l’iTunes Store et Amazon

par Didier Testot
Cela faisait longtemps que je voulais aller au bout de ce projet de livre.  Ceux qui ont eu ce type de projet en connaissent la difficulté. Et pour un livre numérique, si certains aspects sont faciles, d'autres le sont moins et c'est un parcours pas toujours fléché qu'il faut prendre.
Voilà donc « Le Cuisinier et la Bourse », hommage à Bernard Loiseau sur l’iTunes Store et Amazon. 

10 ans après la disparition du chef étoilé de Saulieu,  « Le Cuisinier et la Bourse », raconte cette aventure entrepreneuriale issue des rencontres entre le journaliste Didier Testot, fondateur de la Web Tv www.labourseetlavie.com et Bernard Loiseau.
Cet ouvrage vient d’être publié sur l’iTunes Store et sera disponible en format numérique sur iPad, et également sur Amazon.
Dans la période économique difficile que traverse la France, l’évocation des débuts de Bernard Loiseau, sans connaissance particulière pour la cuisine, sans bagage scolaire outre un « bac d’eau chaude et un bac d’eau froide » comme il aimait à le dire, viennent illustrer qu’il est possible d’y arriver, sans forcément avoir de moyens.
Depuis cette rencontre en 2001, et les nombreux interviews TV de dirigeants d’entreprises réalisés, l’envie de ne pas laisser ce document sans suite, a été déterminante.




Notre Monde évolue vite et s’adapter devient une évidence comme redonner de l’espoir aux jeunes.  Entreprendre, chacun peut essayer à sa façon, avec ses envies, avec sa volonté.  « Le Cuisiner et la Bourse » qui rapporte les conversations que j'ai eue avec Bernard Loiseau apporte une bouffée d’air frais, dans un climat étouffant pour toutes les initiatives nouvelles, ne cachant en rien les difficultés de ce métier de cuisinier « Haute Couture » comme se définissait Bernard Loiseau, mais aussi qu’il est possible en partant de rien, d’arriver au sommet. Et quel sommet : Trois Etoiles, synonyme d’une pression énorme, mais aussi d’une notoriété mondiale. Cette aventure, ses coups de cœur, son regard unique pour ce métier exceptionnel, ne sont pas éloignés de ce que vivent beaucoup de dirigeants de PME, bien au delà de la cuisine, lorsqu’ils doivent faire des choix de développements.

Dix ans après la disparition de Bernard Loiseau, j'avais envie de témoigner de cette rencontre pour pouvoir la partager et l’évoquer avec passion et amitié. L’écoute des enregistrements réalisés à l’époque, la voix de Bernard Loiseau (sur iPad) m'on convaincu de publier ce livre, comme un témoignage pour tous les entrepreneurs, ceux qui l’ont connu, et pour tous ceux qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale.

Quelques extraits de l’ouvrage le « Cuisinier et la Bourse » : 

«Ils sont fous (NDA les clients). La moindre bricole, ils disent mais Monsieur, vous allez perdre votre Troisième étoile, je vais écrire. Ce n’est pas parce qu’il y a un Turbot trop salé, trop cuit, que tu perds ta Troisième étoile. Heureusement d’ailleurs qu’il y a des Turbots trop cuits, trop salés, ça veut dire qu’on est des êtres humains qu’on n’appuie pas sur un bouton ».
« Je vois mes gars faire, j’ai un œil, c’est ça le secret d’un chef d’entreprise, c’est d’avoir du recul dans sa propre société. S’il n’a pas de recul dans sa propre société, il s’encroûte et un jour, il se réveille. Et il perd ».
«Je dis à tous les jeunes, petit, fais ton métier avec passion, prends des risques mais soit pugnace et persévérant (…) Les marches, elles se montent une par une, elles ne se montent pas trois par trois (…) Chacun dans la vie doit avoir ses moyens et ses capacités et au-delà on s’entoure »

L’ouvrage le Cuisinier et la Bourse est disponible en format numérique :



Dans ce moment de crise nationale, où les hommes politiques n'ont toujours pas compris qu'il fallait redonner confiance à ceux qui prennent des risques, j'avais envie de publier ce parcours exceptionnel, pour trouver des raisons d'espérer. Je déteste mon pays lorsqu'il ne voit que ce qui ne va pas, mais je déteste encore plus cette classe politique hors de la réalité, qui ne pense qu'à son élection puis à sa réélection, en continuant à faire les mêmes erreurs, avec les mêmes conseillers. 
La France a des atouts, la France a des entrepreneurs et des individualités extraordinaires, il faut juste que l'environnement soit favorable. Ce n'est pas Billancourt que l'on désespère, ce sont les cadres, les artisans, les auto-entrepreneurs, beaucoup trop de Français...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire